Rondot Eychène Fréminville défend les investisseurs lésés dans le dossier Cash-Angel

La société Cash Angel (www.cash-angel.com) et son président Monsieur Xolali Kwakuvi Zigah, font aujourd’hui l’objet de poursuites judiciaires multiples devant les tribunaux français.

La société CashAngel revendique fournir des services d’investissements sur actifs numériques et cryptomonnaies. Elle a conclu des contrats de prêt de bitcoin à échéances annuelles ou trimestrielles moyennant des rendements extrêmement importants à ses clients. Actif sur les réseaux sociaux (chaîne Youtube, Instagram, Facebook, podcast), et en y associant une activité de conseils et de formation (par l’intermédiaire de la société dénommée « Cash Angel Education »), Monsieur Zigah a ainsi convaincu de nombreux investisseurs. Afin de crédibiliser son parcours, Xolali Zigah revendique son appartenance au Forbes Council et a domicilié le siège social de CashAngel à Nice, sur la promenade des Anglais et l’a dotée d’un capital social significatif.

Depuis le mois de juillet 2021, il est apparu que l’entreprise était en réalité non seulement dans l’incapacité de payer les intérêts dus contractuellement mais également de restituer à ses clients leur capital, à savoir les cryptomonnaies prêtées, en dépit d’avis de situation prétendument favorables.

Depuis plusieurs mois, notre cabinet intervient pour le compte d’investisseurs indépendants à l’origine des poursuites qui ont constaté que la société Cash Angel ne tenait pas ses engagements contractuels.

A ce jour et à notre connaissance, différents contrats sont concernés et il s’agit notamment des contrats :

  • « Champions » par lequel les investisseurs prêtaient des bitcoins en contrepartie d’un rendement annuel garanti de 107 %, essentiellement conclus au cours de l’année 2020 ;
  • « Dynamic » par lequel les investisseurs prêtaient des actifs numériques sur une adresse ethereum (USDT ETC-20) en contrepartie d’un rendement annuel garanti compris entre 8% et 75%, essentiellement conclus à compter de l’année 2021.

De nombreuses actions menées par notre cabinet sont en cours de manière à :

  • obtenir le gel des crypto-actifs détenus par la société Cash Angel. A ce jour, des saisies ont été pratiquées chez Binance en France et Kraken aux Iles-Vierges-Britanniques et ont permis d’appréhender un nombre significatif d’actifs numériques ;
  • obtenir la condamnation de CashAngel ainsi que celle de ses dirigeants dont M. Xolali Zigah à indemniser les investisseurs lésés et notamment à leur restituer les bitcoins prêtés ainsi que le versement des intérêts promis.

Des dommages-intérêts complémentaires sont également sollicités.

Au regard des informations publiquement accessibles, il apparaît également que la société Cash Angel et Monsieur Xolali Zigah ont proposé leurs services aux Emirats-Arabes-Unis, et notamment à Dubaï, ainsi qu’en Arabie Saoudite.

Il est vraisemblable que des investisseurs étrangers aient également été lésés.

_____________________________________

RONDOT EYCHÈNE FRÉMINVILLE

38 rue de Courcelles
75008 Paris
T. +33 1 83 62 34 44
F. +33 1 83 62 29 52
m.eychene@ref-avocats.com 

Cette publication a été publiée pour l’information générale de nos clients et des personnes pouvant y être intéressées. Elle ne peut être assimilée à une consultation juridique d’avocat et ne saurait, à ce titre, constituer un avis juridique sur une situation donnée.

L’équipe d’avocats du cabinet se tient à la disposition de ses clients pour leur apporter expertise et assistance dans les litiges auxquels ils sont confrontés.

R.E.F 2022 · Mentions légales